Pourquoi les Russes semblent mieux comprendre le monde arabo-musulman que les Occidentaux ?

Par Roland Lombardi cadre photo

Docteur en Histoire, consultant géopolitique et analyste associé au groupe d’analyse JFC Conseil, chargé de cours à Aix Marseille Université et professeur associé à La Rochelle Business School.

 Il n’est pas question ici de revenir sur la constance et le réalisme de la politique et de la stratégie de la Russie au Moyen-Orient. À maintes reprises, depuis quelques années, j’ai déjà évoqué les raisons des succès militaires et diplomatiques russes qui se profilaient en Syrie ou encore, le retour inexorable de Moscou dans une région où les Occidentaux, et particulièrement les Français, ne comprenaient plus rien et ne cessaient de reculer[1].

Aujourd’hui, après les fameux printemps arabes et les bouleversements chaotiques qui suivirent, force est de constater, et n’en déplaise à certains, que la Russie de Vladimir Poutine est la puissance avec qui il faut dorénavant compter. Grâce notamment à son intervention en Syrie à partir de septembre 2015, la « Russie a mis fin à la parenthèse de l’hégémonie occidentale ; cette guerre est le symbole de son retour sur la scène internationale et Poutine, qui parle à toutes les parties y compris ennemies, est en position d’arbitre » (Fabrice Balanche). Plus largement, devenus … Read More