Aux Canaries, la pandémie ne freine pas les arrivées de migrants africains

Un policier espagnol en tenue de protection inspecte plusieurs bateaux de migrants arrivés récemment à l'île de Grande Canarie (Espagne), le 14 septembre 2020 - AFP

En se lançant dans le dangereux voyage de l’Afrique vers les Canaries, Madassa Mohammed ne savait pas que le Covid-19 frappait l’Europe. La pandémie n’a été un frein ni pour lui, ni pour des milliers de migrants africains, dont les arrivées sur cet archipel espagnol se multiplient.

« Nous sommes cultivateurs, mon père est mort. Mes frères sont petits. C’est pour ça que je suis venu. J’ai été obligé de venir par la mer pour chercher de l’argent: c’est risqué, mais c’est pour de l’argent », confie ce Mauritanien de 16 ans, dans la cour de son hébergement pour migrants mineurs dans la ville de Telde, sur l’île de Grande Canarie.

« On ne savait pas s’il y avait le coronavirus ou pas », explique l’adolescent, arrivé en mars dernier après deux semaines de voyage.

Vêtu du maillot rouge d’une équipe locale de football, son sport préféré, ce jeune homme grand et maigre raconte en français que son objectif est d’aider sa famille restée à Mobidougou, petit village mauritanien à la frontière avec le Mali.

LIRE PLUS SUR COURRIER INTERNATIONAL