Iran. L’ONU rejette l’embargo sur les armes voulu par Washington

Derrière l’accord « historique » entre Israël et les Émirats Arabes Unis, signé sous l’égide des États-Unis, c’est l’Iran qui se trouve dans le viseur de Donald Trump. Mais à l’ONU, Washington reste isolé avec sa stratégie iranienne.

https://i1.wp.com/static.lexpress.fr/medias_11921/w_1000,h_563,c_fill,g_north/v1569300448/montage-photo-montrant-les-presidents-american-donald-trump-g-et-iranien-hassan-rohani_6103975.jpg?w=1540&ssl=1L’accord entre Israël et les Émirats Arabes Unis a offert aux États-Unis une rare percée diplomatique dans la région, motivé par la volonté de Donald Trump de contrer l’Iran qui a toutefois buté vendredi 14 août sur un échec retentissant à l’ONU.

La Maison Blanche n’a pas lésiné sur les superlatifs pour mettre en avant un succès de politique étrangère « spectaculaire ». Les Émirats Arabes Unis et Israël ont convenu jeudi de normaliser leurs relations, dans le cadre d’un accord historique négocié par les États-Unis et qui, une fois signé, ferait d’Abou Dhabi le troisième pays arabe seulement à suivre cette voie depuis la création de l’État hébreu, après l’Égypte en 1979 et la Jordanie en 1994.

« Si l’accord se concrétise, c’est significatif car ce sera la première fois qu’un pays du Golfe normalise ses relations avec Israël », acquiesce l’ex-diplomate américain Aaron David Miller, négociateur dans le conflit israélo-palestinien sous des gouvernements démocrates comme républicains.

LIRE LA SUITE SUR OUEST-FRANCE