« Plus de 99 % des 500 000 interventions de police se passent sans problème ! »

Violences, racisme, contrôles au faciès… Policier au parcours singulier (il a démarré dans la vie avec un CAP de serveur), connu pour son franc-parler, Frédéric Lauze, directeur de la sécurité publique du Val-d’Oise, défend une institution policière sous le feu des critiques.

La police se retrouve aujourd’hui au centre des critiques : que vous inspirent les vifs débats actuels sur les violences policières ?

Il ne faut pas confondre la force légitime employée par la police contre les délinquants avec la violence policière qui est rare et qui fera l’objet de sanctions. La grande majorité de la population soutient la police. Mais il faut être attentif à ce qu’un fossé ne se creuse pas entre une partie de la population et la police.Nous ne sommes pas deux camps opposés ou deux bandes adverses de deux quartiers. La police est au service de la population pour défendre la sécurité qui est un prérequis de la liberté, l’égalité et la fraternité. Le moment n’est pas à dresser des murs mais à créer des passerelles entre la police et la population. Il faut que certains comprennent que le policier n’est pas leur ennemi. Leur ennemi, c’est la délinquance qui est injuste, ruine la réputation des quartiers et génère tellement de victimes qui n’intéressent hélas personne. Leur ennemi, c’est aussi l’ignorance et l’absence de qualifications professionnelles.

LIRE LA SUITE SUR LE SITE DU NOUVEL OBSERVATEUR