Trump contre Obama : l’hostilité qui pèse sur la présidentielle américaine

Le président élu Donald Trump rencontre le président Barack Obama, le 16 novembre 2016, à la Maison Blanche.

William Barr a douché les ardeurs de Donald Trump. L’attorney général (le ministre de la justice) des Etats-Unis a en effet écarté, lundi 18 mai, la perspective d’une enquête criminelle dont le président menaçait depuis plusieurs jours son prédécesseur démocrate, Barack Obama, ainsi que son adversaire en novembre, Joe Biden, ancien vice-président du premier.

« Nous vivons dans un pays très divisé en ce moment, et je pense qu’il est essentiel que nous ayons une élection pour laquelle le peuple américain puisse prendre une décision, faire un choix entre le président Trump et le vice-président Biden sur la base d’un débat politique solide », a assuré William Barr, qui est pourtant intervenu à deux reprises depuis le début de l’année en faveur de proches du président.

LIRE PLUS SUR LE MONDE