« Plus de 99 % des 500 000 interventions de police se passent sans problème ! »

Violences, racisme, contrôles au faciès… Policier au parcours singulier (il a démarré dans la vie avec un CAP de serveur), connu pour son franc-parler, Frédéric Lauze, directeur de la sécurité publique du Val-d’Oise, défend une institution policière sous le feu des critiques.

La police se retrouve aujourd’hui au centre des critiques : que vous inspirent les vifs débats actuels sur les violences policières ?

Il ne faut pas confondre la force légitime employée par la police contre les délinquants avec la violence policière qui est rare et qui fera l’objet de sanctions. La grande majorité de la population soutient la police. Mais il faut être attentif à ce qu’un fossé ne se creuse pas entre une partie de la population et la police.Nous ne sommes pas deux camps opposés ou deux bandes adverses de deux quartiers. La police est au service de la population pour défendre la sécurité qui est un prérequis de la liberté, l’égalité et la fraternité. Le moment n’est pas à dresser des murs mais à créer des passerelles entre la police et la population. Il faut que certains comprennent que le policier n’est pas leur ennemi. Leur ennemi, c’est la délinquance qui est injuste, ruine la

Read More

MEZRI HADDAD : SYNTHÈSE ET CLÔTURE DU COLLOQUE CIGPA SUR : « LA DÉRIVE PANISLAMISTE ET NÉO-OTTOMANE D’ERDOGAN » VIDÉO

Clôture par Mezri Haddad Président de CIGPA du Colloque : « La dérive panislamiste et néo-ottomane d’Erdogan, Comment l’allié occidental est-il devenu une menace globale ? »

Colloque organisé par le Centre international de géopolitique et de prospective analytique, samedi 29 février 2020 à la Maison de la Chimie Paris.

 … Read More

Emmanuel Razavi : « Déferlement migratoire et recyclage des djihadistes syriens …» CIGPA

« Déferlement migratoire et recyclage des djihadistes syriens : les deux armes de destruction massive d’Erdogan » Intervention d’Emmanuel Razavi, spécialiste de la géopolitique du Moyen-Orient, lors du Colloque CIGPA sur : « La dérive panislamiste et néo-ottomane d’Erdogan, Comment l’allié occidental est-il devenu une menace globale ? » . Colloque organisé par le Centre international de géopolitique et de prospective analytique CIGPA, samedi 29 février 2020 à la Maison de la Chimie Paris.

https://cigpa.org/

 … Read More

Intervention de Christian Vallar lors du Colloque CIGPA sur : « La dérive panislamiste et néo-ottomane d’Erdogan »

Intervention de Christian Vallar, Professeur des Universités en droit public, lors du Colloque CIGPA sur : « La dérive panislamiste et néo-ottomane d’Erdogan, Comment l’allié occidental est-il devenu une menace globale ? »

Colloque organisé par le Centre international de géopolitique et de prospective analytique CIGPA, samedi 29 février 2020 à la Maison de la Chimie Paris.

 … Read More

Un nouveau départ franco-allemand pour l’Europe

Si ces propositions inédites sont acceptées par leurs partenaires européens, l’UE pourrait franchir un pas décisif vers une plus grande solidarité budgétaire.

https://i1.wp.com/media.marianne.net/sites/default/files/merkel-macron-plan.jpg?w=1540&ssl=1

Editorial du « Monde ». L’Europe, dit-on, ne progresse que par les crises. Une fois encore, l’adage se vérifiera si les propositions inédites faites conjointement, lundi 18 mai, par la chancelière allemande et le président français sont acceptées par les vingt-cinq autres Etats de l’Union européenne. La pandémie de Covid-19 et le séisme économique qu’elle provoque, le pire jamais enduré par l’UE, pourraient alors lui faire franchir un pas décisif, non seulement dans le sens d’une plus grande solidarité budgétaire, mais aussi vers une politique de santé mieux coordonnée et une souveraineté mieux partagée dans des domaines industriels stratégiques.

LIRE PLUS SUR LE MONDERead More

Trump contre Obama : l’hostilité qui pèse sur la présidentielle américaine

Le président élu Donald Trump rencontre le président Barack Obama, le 16 novembre 2016, à la Maison Blanche.

William Barr a douché les ardeurs de Donald Trump. L’attorney général (le ministre de la justice) des Etats-Unis a en effet écarté, lundi 18 mai, la perspective d’une enquête criminelle dont le président menaçait depuis plusieurs jours son prédécesseur démocrate, Barack Obama, ainsi que son adversaire en novembre, Joe Biden, ancien vice-président du premier.

« Nous vivons dans un pays très divisé en ce moment, et je pense qu’il est essentiel que nous ayons une élection pour laquelle le peuple américain puisse prendre une décision, faire un choix entre le président Trump et le vice-président Biden sur la base d’un débat politique solide », a assuré William Barr, qui est pourtant intervenu à deux reprises depuis le début de l’année en faveur de proches du président.

LIRE PLUS SUR LE MONDE

 … Read More

2020 vire au cauchemar pour le prince héritier d’Arabie Saoudite

L’héritier de la couronne d’Arabie Saoudite, Mohammed Ben Salmane, lors du sommet du G20 à Osaka, au Japon, en juin 2019. Photo Eliot BLONDET / POOL / AFP

La chute du prix du pétrole, les tensions régionales, le Covid-19 et les risques de récession obligent le prince Mohammed ben Salmane à revoir nettement à la baisse ses ambitions, souligne le quotidien libanais L’Orient-Le Jour.

L’année 2020 devait être celle de Mohammed ben Salmane. Celle qui allait amorcer une nouvelle décennie pour une nouvelle Arabie, concrétiser ses ambitions grandioses et, surtout, lui permettre de consolider son pouvoir. Celle qui aurait aussi permis de redorer l’image du royaume à l’international grâce à la présidence du G20, afin de tourner la page de l’assassinat du journaliste saoudien Jamal Khashoggi [assassiné au consulat saoudien à Istanbul, le 2 octobre 2018].

L’année de la rédemption et de la consécration. Elle devait permettre au jeune dauphin de mettre de nouveaux pions en place pour réussir son pari le plus fou fait en 2016 : réduire la dépendance du royaume au pétrole et l’ouvrir vers l’extérieur grâce à un projet de réformes sociales et de diversification économique sobrement baptisé “Vision 2030”.

Choisissant le tourisme comme nouvel eldorado, Riyad a décidé d’octroyer des visas touristiques depuis septembre 2019, tandis qu’un ministère du Tourisme a été créé en février, cristallisant la rupture avec l’hermétisme qui a longtemps … Read More

L’Iran se prépare pour une reprise de l’activité malgré la crise sanitaire (président Rohani)

Une iranienne portant un masque de protection contre le nouveau coronavirus, à Téhéran, le 13 avril 2020 - AFP

 

L’Iran se prépare pour une reprise de l’activité dans différents secteurs pour soutenir l’économie, a déclaré mercredi le président Hassan Rohani, appelant toutefois à suivre les consignes médicales face à la pandémie de Covid-19 qui a encore fait 80 morts supplémentaires dans le pays.

« En raison de l’incertitude concernant la fin de ce virus, nous nous préparons pour le travail, l’activité et la science », a indiqué le président iranien.

« Nous devons suivre toutes les consignes médicales, mais le travail et la production sont aussi essentiels que ces précautions », a-t-il ajouté lors d’un Conseil des ministres télévisé, sans donner plus de précisions sur la date et les modalités de la reprise.

L’Etat a autorisé une réouverture progressive des commerces depuis le 11 avril et a levé les restrictions sur les déplacements à l’intérieur du pays qui avaient été mises en place pour lutter contre la propagation du virus.

Ecoles, universités, mosquées, sanctuaires chiites, cinémas, stades et autres lieux de regroupement sont restés néanmoins fermés dans tout le pays, qui vit depuis samedi au rythme du ramadan.

Le ministère de la Santé a annoncé mercredi 80 nouveaux décès dus au Covid-19, portant à 5.957 le bilan des … Read More

Haftar s’autoproclame détenteur du pouvoir, Tripoli dénonce un énième « coup d’État »

Capture d’écran d’une vidéo de la cellule de communication de Khalifa Haftar, dans laquelle le maréchal déclare bénéficier d’un mandat populaire pour diriger le pays, le 28 avril 2020. 
  PHOTO / LNA War Information Division / AFP

 

Le Gouvernement d’union nationale (GNA) basé à Tripoli a dénoncé un énième « coup d’État » du maréchal Khalifa Haftar, au lendemain de la proclamation par l’homme fort de l’Est qu’il disposait d’un « mandat du peuple » pour gouverner seul ce pays en proie au chaos. Accusé par ses détracteurs de vouloir instaurer une nouvelle dictature militaire en Libye, près d’une décennie après la chute du régime de Mouammar Kadhafi, le maréchal Haftar, qui contrôle l’est mais aussi une partie du sud du pays, a annoncé lundi soir le transfert du pouvoir à son autoproclamée armée, affirmant « accepter la volonté du peuple et son mandat ». M. Haftar, qui tient sa légitimité d’un Parlement élu basé aussi dans l’Est, n’a pas précisé auprès de quelle institution il avait reçu « mandat ». Il n’a pas non plus expliqué les implications politiques de son annonce : le Parlement et le gouvernement parallèle dont il est issu vont-ils être dissous ? Selon une source proche du dirigeant libyen, il s’apprête, pour le moins, à annoncer un nouveau gouvernement. Moscou a pris ses distances hier avec la démarche du maréchal : « Nous n’approuvons pas la déclaration du maréchal Haftar … Read More

Coronavirus. En Turquie, Erdogan impose la solidarité… obligatoire

Quand les jours mauvais seront passés, il nous restera l’image de notre fraternité et de notre solidarité , a lancé le président Recep Tayyip Erdogan, fin mars, pour lancer sa campagne nationale de dons.

L’objectif ? Venir en aide aux familles fragilisées par la crise économique, aggravée par l’irruption du coronavirus. Le Président en personne a versé sept mois de son salaire. Mais ce geste n’a pas apaisé les critiques de l’opposition. Elle s’indigne que le gouvernement fasse appel à la charité publique pour remplir une mission qu’il devrait assumer.

Retenue sur salaire

Surtout, le mode de prélèvement de ces « dons » crée la polémique. Dans la fonction publique comme dans certaines entreprises d’État, à l’image de la société d’hydrocarbure Botas, les employés sont informés par SMS d’une retenue sur leur salaire. Ceux qui souhaitent verser moins sont invités à prendre contact avec la direction

Dans certaines écoles, des directeurs zélés ont demandé aux professeurs d’envoyer de l’argent et de leur transmettre une preuve du versement. Nous sommes intervenus pour y mettre fin », raconte Mesut Yilmaz, un syndicaliste enseignant.

La somme récoltée en six jours [200 millions d’euros] n’est pas très importante, souligne l’économiste Mustafa Sönmez.

Read More