Coronavirus: en Syrie, les zones kurdes seules face au danger d’une épidémie

Frappées par des pénuries de médicaments et privées d’aides cruciales, les régions sous contrôle kurde dans le nord-est de la Syrie en guerre risquent d’être particulièrement vulnérables et sous-équipées face au nouveau coronavirus, avertissent responsables locaux et ONG.

Résultat de recherche d'images pour "SYRIE"

Si dans une Syrie morcelée, le régime a officiellement recensé un cas de la maladie Covid-19 dans les territoires gouvernementaux, aucun patient atteint du virus n’a été enregistré dans le nord-est du pays.

Mais les autorités locales kurdes s’inquiètent, d’autant que leurs régions accueillent plusieurs camps de déplacés où s’entassent au total près de 100.000 personnes, dont des familles du groupe jihadiste Etat islamique (EI).

« Même avant l’apparition du nouveau coronavirus, nos besoins étaient énormes », plaide Jawan Moustafa, en charge de la santé publique au sein de l’administration semi-autonome kurde. « Avec l’épidémie, il nous faudra un soutien encore plus important ».

La situation est d’autant plus précaire que les régions kurdes ne peuvent plus bénéficier des aides transfrontalières de l’ONU, contrairement au nord-ouest par exemple, où l’ultime grand bastion jihadiste et rebelle d’Idleb peut compter sur ces aides acheminées via la Turquie.

Pour les régions kurdes, ce dispositif a été stoppé, après le vote en janvier d’une résolution de … Read More

Pression migratoire à la frontière gréco-turque: Erdogan maître chanteur

Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, fait actuellement pression sur l’Europe en brandissant la menace migratoire aux portes de la Grèce. Une manière pour lui de chercher un soutien en Syrie sur le front d’Idlib.

Depuis le 1er mars, Erdogan tente de forcer la frontière greco-turque par le biais de clandestins acheminés par bus.Quelle mouche le pique donc, plus de quatre ans après l’accord conclu avec l’Union européenne l’obligeant à garder ces exilés chez lui grâce à une contrepartie financière conséquente ? Il faut pour comprendre se tourner vers la Syrie, dont il violait les frontières bien avant les nôtres.

Erdogan obsédé par la question kurde et l’immigration

La Syrie est en guerre depuis neuf ans. Le président Bachar al-Assad et ses alliés – essentiellement la Russie et l’Iran – ont désormais récupéré la majeure partie du territoire au gré des offensives menées à travers le pays. Pendant toutes ces années, une province du nord-est du pays, Idlib, est devenue le réceptacle de tous les groupes d’opposition armée qui décidaient de poursuivre le combat après une défaite. Mêlés à une population estimée à 3,5 millions d’habitants, ces djihadistes comptent dans leurs rangs quelque 10 000 à 15 000 étrangers,

Read More

Comment l’allié occidental est-il devenu une menace globale ? Colloque de la CIGPA à Paris le 29 février

Vous êtes cordialement invités au colloque du

Centre International de Géopolitique et de Prospective Analytique

 

 

CIGPA  SUR

LA DÉRIVE PANISLAMISTE ET
> NÉO-OTTOMANE
> D’ERDOGAN

Comment l’allié occidental est-il devenu une menace globale ?

 Samedi 29 février 2020| 14h à 19h
> MAISON DE LA CHIMIE
> 28, Rue Saint-Dominique 75007 Paris

Je m’inscris 

> COLLOQUE CIGPA

Que ce soit en Libye, en Grèce, à Chypre, en Syrie, en Irak, en Egypte, aux Balkans, en Crimée, en Europe, en Tunisie, à Gaza, en Afrique subsaharienne, le régime turc constitue aujourd’hui une menace globale de déstabilisation et de tension : occupation de territoires syriens, purification ethnique contre les Kurdes, envoi de mercenaires djihadistes en Libye, forage illégal de gaz au large de Chypre, provocation en mer Egée à l’encontre de la Grèce, ingérence en Crimée, incitation à la guerre civile en Egypte en soutenant les Frères musulmans, satellisation de la Tunisie avec la complicité des islamistes locaux, chantage au déferlement migratoire en Europe, mainmise idéologique sur l’islam en Occident.

Les ambitions panislamistes et irrédentistes d’Erdogan ne sont plus un secret pour personne. Cette nouvelle donne politique et géopolitique se décline en plusieurs registres et situations : en intervenant directement, … Read More

Le plan de paix de Trump pour le Moyen-Orient est-il le “deal du siècle” ?

Chaque semaine, Benjamin DAUBEUF, enseignant en histoire-géographie au lycée Val de Seine du Grand-Quevilly, commente un article de Courrier international en rapport avec les programmes de sa discipline. Cette semaine : le (mauvais) plan de paix de Trump pour le Moyen-Orient.

Read More

MOYEN-ORIENT : LES MANIFESTATIONS CONTRE LE PLAN DE PAIX DE DONALD TRUMP CONTINUENT

Un drapeau palestinien porté lors d'une manifestation organisée en Tunisie contre le plan de Donald Trump

La colère ne retombe pas contre le plan de paix au Proche-Orient proposé par Donald Trump et Benjamin Netanyahou. Ce 9 février, plusieurs manifestations avaient d’ailleurs lieu dans différents pays de la région pour continuer de protester contre un accord jugé trop favorable à Israël.

Ainsi, des rassemblements sont organisés dans plusieurs pays, comme en Turquie, en Tunisie ou au Maroc, comme cela avait déjà été le cas après l’annonce du plan le 28 janvier dernier. De telles manifestations ont eu lieu dans d’autres pays les jours précédents, comme au Liban ou encore en Jordanie, pays voisin d’Israël et dont le roi devait jouer un rôle dans la mise en place de l’accord selon Donald Trump.

Dans le même temps, les dirigeants de l’Union (UA) africaine ont rejeté ce dimanche le projet de Donald Trump, estimant qu’il représente «une énième violation des multiples résolutions» des Nations unies et de l’UA. «Cela m’a rappelé la terrible histoire que nous avons traversée en Afrique du Sud», a déclaré le Sud-africain Cyril Ramaphosa, nouveau président de l’UA.

Cette colère se fait ressentir alors que les tensions continuent à la frontière de la bande de Gaza. Bombardements israéliens répondent aux missiles et ballons … Read More

Et si Londres avait raison et sortait économiquement vainqueur du Brexit ?

Boris Johnson avait le cheveu batailleur à la sortie du 10 Downing Street ce 29 janvier

Cette fois ça y est. Dans 48h, et après trois ans et demi de feuilleton à rebondissements, le Royaume-Uni va sortir de l’Union Européenne. Beaucoup ont prédit des conséquences néfastes à l’économie britannique. Posons la question dans l’autre sens: et si Londres s’en tirait très bien ? C’est le monde à l’envers.

LIRE LA SUITE SUR LE SITE DE France Inter

 … Read More